Inconnu à cette adresse

Inconnu à cette adresse

eBup from Tostanfrance for Inconnu à cette adresse

Télécharger:
ID: 2081272687
Cloud: Cuisine pour les enfants
Téléchargement total: 6768
Lire en ligneTéléchargement

Description du produit

Une longue et solide complicité unit Max et Martin, deux
associés marchands d'art. En 1932, Martin retourne vivre en
Allemagne, tandis que Max, juif américain, demeure en
Californie. "Je crois que Hitler est bon pour le pays, mais je
n'en suis pas sûr", lui confie bientôt Martin. Un sombre
pressentiment envahit Max à mesure que son compagnon
espace leur correspondance. L'Histoire aura-t-elle raison de
leur amitié ? Le dossier de l'édition restitue l'intrigue dans son
contexte historique. En lien avec l'histoire des arts, le volume
propose un cahier photos d'une quinzaine de documents
(tableaux, photos d'archives, image de film, affiches et
dessins). Il retrace l'arrivée de Hitler au pouvoir, la mise en
place d'un antisémitisme d'Etat et les rapports entre art et
nazisme.

Amazon.fr

Martin Schulse, Allemand et Max Eisenstein, juif Américain, sont deux galeristes associés, aux Etats-Unis. Ils sont surtout deux amis fervents, deux frères. Malgré l'installation de Martin à Munich, ils poursuivent leur amitié à travers des lettres chaleureuses, passionnées. En juillet 1933 pourtant, les doutes et le malaise de Martin face aux remous du gouvernement allemand font vite place à un antisémitisme que ne tempère plus la moindre trace d'affection. D'une cruauté imparable, sa décision tombe comme une sentence : "Ici en Allemagne, un de ces hommes d'action énergiques, essentiels, est sorti du rang. Et je me rallie à lui." Max ne peut se résoudre à une telle révolution, sentimentale et politique.

Inspirée de quelques lettres réelles, cette courte nouvelle publiée en 1938 par une "mère au foyer" américaine surprend. Par sa forme diabolique superbement maîtrisée d'abord et son aspect visionnaire ensuite : en soixante pages à peine, l'auteur parvient en effet à capter avec justesse l'Histoire en marche et à nous faire saisir, à travers le drame intime des deux personnages, toute la tragédie qui se joue outre-Atlantique. --Laure Anciel

Extrait

GALERIE SCHULSE-EISENSTEIN,
SAN FRANCISCO, CALIFORNIE, USA

Le 12 novembre 1932

Herrn Martin Schulse
Schloss Rantzenburg
Munich, Allemagne

Mon cher Martin,

Te voilà de retour en Allemagne. Comme je t'envie... Je n'ai pas revu ce pays depuis mes années d'étudiant, mais le charme d'Unter den Linden agit encore sur moi, tout comme la largeur de vues, la liberté intellectuelle, les discussions, la musique, la camaraderie enjouée que j'ai connues là-bas. Et voilà que maintenant on en a même fini avec l'esprit hobereau, l'arrogance prussienne et le militarisme. C'est une Allemagne démocratique que tu retrouves, une terre de culture où une magnifique liberté politique est en train de s'instaurer. Il y fera bon vivre.

Ta nouvelle adresse a fait grosse impression sur moi, et je me réjouis que la traversée ait été si agréable pour Elsa et les rejetons.
Personnellement, je ne suis pas aussi heureux que toi. Le dimanche matin, je me sens désormais bien seul - un pauvre célibataire sans but dans la vie. Mon dimanche américain, c'est maintenant au-delà des vastes mers que je le passe en pensée. Je revois la grande vieille maison sur la colline, la chaleur de ton accueil - une journée que nous ne passons pas ensemble est toujours incomplète, m'assurais-tu. Et notre chère Elsa, si gaie, qui accourait vers moi, radieuse, en s'écriant : «Max, Max !», puis me prenait la main pour m'entraîner à l'intérieur et déboucher une bouteille de mon schnaps favori. Et vos merveilleux garçons - surtout ton Heinrich, si beau... Quand je le reverrai, il sera déjà un homme.
Et le dîner... Puis-je espérer manger un jour comme j'ai mangé là-bas ? Maintenant, je vais au restaurant et, devant mon rosbif solitaire, j'ai des visions de Gebackener Schinken, cet exquis jambon en brioche fumant dans sa sauce au vin de Bourgogne ; et de Spätzle, ah ! ces fines pâtes fraîches ; et de Spargeel, ces asperges incomparables. Non, décidément, je ne me réconcilierai jamais avec mon régime américain. Et les vins, si précautionneusement déchargés des bateaux allemands, et les toasts que nous avons portés en levant nos verres pleins à ras bord pour la quatrième, la cinquième, la sixième fois...

Revue de presse

Le livre fut publié en 1938 dans le journal américain Story Magazine. 1938, c'est-à-dire en pleine ascension guerrière d'Adolf Hitler. C'est aussi l'unique texte de Kathrine Kressmann Taylor, une Américaine qui se déclarait humblement « femme au foyer ». Son style clair et tranchant où se noie une sourde tendresse donne à cet Inconnu prémonitoire une force démoniaque. Ce roman incisif n'a pas changé le cours de l'Histoire... Mais on n'a qu'un seul désir, le faire lire. A tous. Vite.--Martine Laval-- --Télérama

Présentation de l'éditeur

Une longue et solide complicité unit Max et Martin, deux
associés marchands d'art. En 1932, Martin retourne vivre en
Allemagne, tandis que Max, juif américain, demeure en
Californie. "Je crois que Hitler est bon pour le pays, mais je
n'en suis pas sûr", lui confie bientôt Martin. Un sombre
pressentiment envahit Max à mesure que son compagnon
espace leur correspondance. L'Histoire aura-t-elle raison de
leur amitié ? Le dossier de l'édition restitue l'intrigue dans son
contexte historique. En lien avec l'histoire des arts, le volume
propose un cahier photos d'une quinzaine de documents
(tableaux, photos d'archives, image de film, affiches et
dessins). Il retrace l'arrivée de Hitler au pouvoir, la mise en
place d'un antisémitisme d'Etat et les rapports entre art et
nazisme.

Quatrième de couverture

En 1932, Max Eisenstein, juif américain, et Martin Schulse, sont marchands de tableaux en Californie et amis de longue date. Leur affaire marche bien et quand Martin décide de rentrer en Allemagne avec sa femme Elsa et ses trois garçons, Max ne peut que l'encourager tout en pleurant sa solitude. Leur correspondance commence alors et tandis que Martin découvre une Allemagne appauvrie et désabusée, Max, lui, s'inquiète de la montée du nazisme. Mais emporté par l'aveuglement patriotique, Martin ne fait qu'approuver la politique hitlérienne et refusera même son aide à Griselle, la soeur de Max, qui meurt sous ses yeux. Alors, utilisant la censure qui lit toutes ses lettres à Martin, Max décide de se venger, désignant Martin à la vindicte des nazis.

Biographie de l'auteur

Kathrine Kressmann Taylor (1903-1997), dite Kressmann
Taylor, est également l'auteur de Jours d'orage, Ainsi rêvent
les femmes et Ainsi mentent les hommes.

Détails & caractéristiques

Informations sur le produit

À propos de cet article

Informations sur le produit

LIVRES POPULAIRES